loader image

Solution au dérèglement climatique : quand le Brésil, la RDC et l’Indonésie font bloc

Au cours des travaux préparatoires de la COP 27 (PRECOP 27) qui se sont tenus du 5 au 7 Octobre 2022 au Palais du Peuple à Kinshasa en RDC depuis lundi, le Brésil, la RDC et l’Indonésie, tous trois pays-solution au dérèglement climatique, ont à travers une conférence de presse animée le mardi 4 octobre 2022, fait part de leur commune volonté de renforcer la coopération qui les lie en vue de produire plus de perspicacité dans l’action. A constaté infoplus-rdc.com

C’est dans ce contexte que l’Ambassadeur Leonardo Cleaver de Athayde du Brésil, Madame Laksmi Dhewanthi, Directrice Générale pour le Changement climatique de l’Indonésie et Madame Eve Bazaiba, Vice-Premier Ministre de la RDC en charge de l’Environnement, l’ont fait savoir aux médias à l’issue de leurs entretiens les ayant permis d’avoir consolidé leurs positions à présenter lors de la COP 27 qui se tiendra en Egypte le mois prochain.

Pour Ève Bazaiba, la RDC, le Brésil et l’Indonésie ont évoqué des questions communes et des défis à relever ensemble dont l’exploitation forestière, l’exploitation d’autres ressources naturelles, le marché de crédit carbone et d’autres programmes d’intérêt commun. À l’en croire, ces trois pays sont censés protéger les mêmes conditions géographiques, et ont bien des défis à relever ensemble du point de vue environnemental.

La Vice-Première Ministre congolaise de l’Environnement fait savoir que les travaux de la PRECOP 27 valident un certain nombre de choses que les dirigeants des pays des trois blocs forestiers mondiaux (Brésil, Indonésie et RDC) ont convenus, à savoir les épreuves et les challenges communs que partagent les trois bassins du monde, présentés comme solutions aux enjeux du climat. Eve Bazaiba a évoqué ses réunions bilatérales avec ces personnalités, en marge de la dernière Assemblée Générale de l’ONU au cours desquelles d’importantes questions qui se posent à l’intérieur de l’Amazonie et au sein de deux autres Bassins du Congo et de l’Indonésie ont été rappelées.

Le Représentant du Brésil, Léonardo Do Cleaver, a, pour sa part, souligné que son pays attache un grand intérêt à travailler avec l’Indonésie et la RDC. D’après le Brésilien, ces deux pays ont en commun beaucoup de similitudes à débattre sur le climat et la biodiversité.

Il sied de noter que la réunion PRECOP 27 de Kinshasa est la dernière occasion multilatérale officielle pour les Ministres de façonner les négociations sur le climat avant la COP27 en novembre prochain. 

Le président de la COP représente le Royaume-Uni à cette réunion afin de jeter les bases d’une COP27 réussie en Egypte, qui renforce les engagements mondiaux en matière de climat et s’appuie sur la COP26.

A la Conférence du 6 au 18 novembre 2022 à Charm el-Cheikh en Egypte sur les changements climatiques, Alok Sharma soulignera l’importance de la forêt tropicale du bassin du Congo, qui constitue le puits de carbone le plus efficace de la planète. C’est dans ce cadre que des nombreux analystes et observateurs estiment que le président de la COP devra appeler les pays pollueurs à honorer les promesses faites lors de la COP26 d’arrêter et d’inverser le déclin des forêts, tout en soutenant le développement durable.

Rappelons qu’en marge de ces travaux, une délégation de l’ONU a présenté au Président Tshisekedi l’état d’avancement de la mise en œuvre des engagements pris lors de la COP26 tenue à Glasgow en Écosse. Ces engagements se cristallisent essentiellement autour de l’atténuation du réchauffement climatique, de l’adaptation aux impacts climatiques, du financement, des pertes et dommages. Il est question, somme toute, de voir comment faire respecter ces engagements lors de la prochaine COP.

L’occasion faisant le larron, Mme Amina Mohamed, Secrétaire Général Adjointe des Nations Unies en charge de la Convention-cadre de la COP27 a plaidé pour des discussions franches entre les pays développés et ceux en voie de développement parce que, a-t-elle dit, le besoin d’accroître le financement s’impose pour atteindre l’objectif d’adaptation climatique. L’enjeu, a-t-elle précisé, est de voir comment réduire les émissions à effets serre lorsqu’on sait que les pays du G20 sont les plus grands pollueurs, et s’assurer qu’ils respectent tout ce qui avait été convenu dans les Conventions y relatives.

Au cours des assises de la Capitale congolaise, Amina Mohamed et Sameh Shoukry, Ministre égyptien des Affaires Etrangères, désigné président de la Cop27, ont démontré la nécessité et l’urgence d’une mobilisation planétaire pour la lutte contre le changement climatique.

Les participants aux assises de Kinshasa ont discuté également pour essayer de parvenir à un consensus autour de diverses questions, notamment celles relatives aux financements, à l’attention et aux questions cruciales pour de nombreux pays insulaires en développement en pertes et préjudices.

Signalons que des dizaines d’enfants appartenant aux différentes nationalités se sont également exprimés à travers des chansons et le discours lu par leur représentant en vue d’exprimer le danger que constitue le changement climatique sur leur avenir.

C’est dans cette optique que l’Envoyé de la Maison Blanche, John Kerry a annoncé que les Etats-Unis d’Amérique tiennent disponibiliser l’enveloppe de 12 milliards des dollars USD pour l’accès aux crédits carbone en faveur des pays qui polluent moins sur une période de cinq ans. Et que 3 milliards seront décaissés en 2022, précise cet Emissaire du Président Joe Biden.

« (…) Nous travaillons déjà dans un mécanisme de financement pour les rendre disponibles pour ceux qui vont créer des affaires viables respectueuses de l’environnement (…) », a-t-il assuré en substance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

Voir les articles de cette categorie

Articles récents