loader image

Processus Électoral : le vote des Congolais de la diaspora en toile de fond des échanges entre la CENI et le parti politique Le Coeur du Congo

Le 2e Vice-président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), Didi MANARA LINGA, a évoqué le mercredi 14 septembre 2022 à Kinshasa, avec une délégation du parti politique Le Cœur du Congo (LCC), la question du vote des Congolais vivant à l’étranger. A appris infoplus-rdc.com de la Cellule de Communication de la Centrale Électorale.

Le président national de cette formation politique, Babi BALUKUNA-BILA, s’est dit marqué positivement par la réactivité de la Centrale Électorale répondant favorable à leur requête. Non sans avoir été satisfait des informations reçues quant à l’organisation des élections de 2023.

« Nous tenons particulièrement à exprimer notre soulagement de voir le bureau actuel de la Ceni pour s’être appliqué à faire valoir, pour la première fois, aux compatriotes vivant hors des frontières nationales leur droit pourtant garanti par la Constitution. Nous avons évoqué cette question avec le 2e Vice-président de la Ceni et en évoquant également des contraintes y relatives. Et nous nous réjouissons que pour prendre la température et une expertise de terrain, une équipe de la Ceni s’apprête à descendre sur place en vue d’analyser tous les aspects afférents à cette opération. Pour nous en tant que personnalité politique ayant aussi vécu en partie à l’étranger, en Belgique principalement, nous sommes venus manifester notre accompagnement concernant toutes les questions stratégiques et sécuritaires pour le bon déroulement de cette opération. Le 2e Vice-président de la Ceni nous a donné des assurances que nos propositions seront prises en compte pour sa réussite », a confié Babi BALUKUNA-BILA. Avant de lever un pan de voile du contenu du document remis, à cet effet, au 2e Vice-président de la Centrale Électorale.

« Dans le mémo que nous lui avons remis, nous sollicitions un élargissement quant à la participation des Congolais vivant à proximité des pays choisis pour cette phase pilote (Belgique, France, États-Unis, Canada et Afrique du Sud) puissent également être pris en compte. Pour le cas de la Belgique par exemple, que ceux des Pays-Bas et Luxembourg soient également concernés, s’ils acceptent de se déplacer pour leur identification à Bruxelles avant d’y revenir pour voter. Autour des autres pays que cela en soit également ainsi. Des réponses nous seront données, nous a-t-il certifié, lorsque les missions de repérage qui s’apprêtent à descendre sur le terrain seront de retour. Une autre information qui nous a réjouis, c’est la détermination de la Ceni pour organiser les élections dans les délais impartis, sans la moindre possibilité d’un quelconque glissement. Heureux d’avoir appris également que les kits d’enrôlement sont attendus d’ici à la semaine prochaine. Et pour le test de ces appareils, les partis politiques seront conviés. Nous avons aussi appris que que c’est en décembre que l’identification des élections devra débuter. C’est donc dans cette perspective que le LCC projette d’organiser une conférence de sensibilisation pour permettre de dissiper certaines appréhensions qu’entretiennent des esprits hostiles », a-t-il souligné.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie

Voir les articles de cette categorie

Articles récents