loader image

CEEAC/1ère Biennale pour la Culture de la Paix: cette rencontre va inaugurer un nouveau cycle d’actions pour la consolidation de la paix dans la sous-région (PNUD)

L’Amphithéâtre du Collège des Hautes Études de Stratégie et de Défense (CHESD) à Kinshasa a abrité du 14 au 15 octobre 2022, la 1ère Biennale pour la Culture de la Paix de la Commission de la Communauté Économique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC) autour du thème : « African Peace and Security Architecture (APSA@20): Défis et perspective pour faire taire les armes en Afrique Centrale : Rétrospection et analyse prospective ». A constaté infoplus-rdc.com

« La situation de la paix et la sécurité en Afrique centrale dans un ordre mondial complexe »; « le passage en revue des 20 ans de l’African peace and security architecture (APSA) et de sa contribution aux efforts du rétablissement et du maintien de la paix » ont été notamment, au menu des travaux de cette 1ere Biennale.

À la clôture des travaux, le président de la Commission de la CEEAC, Gilberto DA PIEDADE, a, par le biais du Commissaire aux Affaires Politiques, Paix et Sécurité de la CEEAC, Mangaral Banté, exhorté les participants à prendre avec courage et détermination, les préoccupations majeures de la sous-région notamment les conflits armés qui secouent singulièrement la sous-région. Non sans indiquer que c’est la base de cette réunion, qui met de plus en plus en évidence des initiatives à prendre et des efforts à consentir pour consolider la paix et la sécurité à travers des mesures de rétablissement de la confiance et des dispositions à prendre dans le cadre du renforcement de l’alerte précoce et de la prévention des conflits.

Pour sa part, le Coordonnateur Régional du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), Fredrick AMPIAH a, en relayant le message du Représentant Résident de cet organisme onusien, salué le leadership de la CEEAC dans la mobilisation de toutes les énergies pour faire reculer diverses menaces à la paix et à la stabilité et garantir un futur prospère à tous les peuples de la région.

Promouvoir une culture de la paix, a-t-il martelé, requiert également de tout un chacun, l’engagement dans l’action pour la paix. Non sans plaider pour la mise en place d’instruments juridiques et des mécanismes de prévention des conflits. À l’en croire, cette mesure est une réponse efficace aux épreuves affectant la paix et la stabilité dans les sociétés.

« (…) Le PNUD attend maintenir l’élan de son partenariat avec la CEEAC notamment, à travers le suivi des recommandations de cette biennale (…) Nous sommes convaincus que cette première rencontre va inaugurer un nouveau cycle d’actions pour la consolidation de la paix dans la sous-région (…) », a-t-il relevé en substance.

À l’issue des travaux, les recommandations ont été lues par la Commissaire en charge de la Promotion du Genre, Développement humain et social de la CEEAC, Yvette KAPINGA NGANDU qui a fait savoir qu’il était question lors des travaux de la 1ere Biennale, de faire le bilan de l’architecture de paix et de sécurité des 11 États membres de la CEEAC. Les différents experts, a-t-elle souligné, ont partagé leurs expériences de manière éloquente sur des perspectives à venir, les menaces qu’il faut prendre en compte ainsi que les nouvelles stratégies à développer pour prévenir la recrudescence des conflits dans la sous-région.

À l’en croire, les travaux ont abouti à la Première Déclaration de la Biennale de la CEEAC portant sur la Culture de la Paix et les recommandations des assises qui seront transmises à la CEEAC et à l’Union Africaine (UA). Non sans relever que les travaux ont permis également de proposer des nouvelles approches à prendre en compte dans les efforts de paix, de sécurité et de la stabilité. Illustrant par un exemple, elle a dit que certains États pour faire taire les armes ou résoudre le problème de sécurité, font appel aux pratiques culturelles. Avant d’annoncer que ces recommandations seront remises très prochainement au Président en exercice de la CEEAC, Félix Antoine TSHISEKEDI, qui pourra à son tour, les présenter aux Chefs d’Etat lors du Sommet de la CEEAC prévu d’ici 2023.

Le lancement d’un appel à l’Union Africaine de prendre en compte les mécanismes non étatiques de prévention et de gestion des conflits principalement ceux issus des humanités endogènes et des rituels communautaires des pays de la région aux fins d’asseoir une véritable culture de la paix à tous les niveaux des sociétés; L’encouragement des autres Communautés économiques régionales à procéder à pareil exercice de réévaluation de leur architecture régionale afin de consolider les dispositifs normatifs, institutionnels et opérationnels de construction de la paix en Afrique; L’Appel aux Gouvernements de la Région de prendre des mesures idoines pour une pleine opérationnalisation de la Force Multinationale de l’Afrique Centrale (FOMAC). Telles sont les quelques recommandations de cette 1ere Biennale pour la culture de la paix de la Commission de la CEEAC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

Voir les articles de cette categorie

Articles récents