loader image

BCNUDH: les officiers des FARDC à l’école des Droits de l’Homme

Du 23 au 26 août 2021 un hôtel de Kinshasa a abrité un Séminaire de renforcement des capacités sur les droits de l’Homme et la politique de l’urgence voulue par les Nations-unies en faveur des 40 officiers supérieurs et Officiers de police judiciaire(OPJ) du Bataillon de la Police militaire(PM) de la 14è Région militaire des Forces armées de la République Démocratique du Congo(FARDC) scindés en deux équipes. A constaté Infoplus.
Ces assises etaient organisées et financées par le Bureau conjoint des Nations-unies aux Droits de l’Homme(BCNUDH)-MONUSCO qui a procédé à la remise des matériels informatiques pour des monitorings et autres par le représentant du Directeur de BCNUDH, Halidou Ngapna.
Le Général Hugo Ilondo et l’Officier de la 14è Région militaire Adama Yéyé ont exposé respectivement sur les droits de la personne arrêtée et les fondamentaux des droits humains.
Lors de son intervention, le Général a rendu un vibrant hommage au Commandant suprême des FARDC, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo pour son implication dans l’effectivité de l’état de droit en RDC non sans remercier le geste posé par le BCNUDH à travers cette gamme des matériels qui scellent les liens de collaboration entre la MONUSCO et la 14è Région militaire laquelle, a-t-il souligné, facilitera leur tâche de faire des monitorings sur les droits humains notamment à Kinshasa.
Il a rappelé aux participants les principales règles en matière d’arrestation et de détention des personnes. Ce, en faisant allusion à la politique de diligence des Nations-unies en matière des droits de l’Homme(HRD-DP). Il a fait savoir qu’elle exige que tout appui aux forces de défense et de sécurité non onusiennes soit fourni de manière conforme aux valeurs et principes garantis par la charte de l’ONU singulièrement le Droit international des réfugiés.
Dans une projection vidéo le Général a retracé à l’intention des officiers le schéma procédural de l’arrestation d’une personne selon la loi, laquelle commence par l’interpellation. Selon lui, un militaire digne de ce nom doit garantir les droits humains et doit éviter de tomber sous le coup de la loi. Ceci était illustré par des images comparatives d’arrestation d’une personne menottée et celle de l’Américain Georges Floyd aux États-Unis d’Amérique qui ont choqué des bonnes consciences. En sus, l’orateur leur a rappelé que les droits de l’Homme tiennent compte de l’intérêt supérieur d’un pays car, c’est la porte d’entrée d’un pays qui attire des investisseurs. A l’en croire, les officiers supérieurs des FARDC ainsi que les OPJ doivent maîtriser les différentes arcanes des lois afin de redorer l’image de l’armée.
Pour sa part, Halidou Ngapna a salué la tenue de ces assises qui rentrent dans le cadre des activités du BCNUDH. Quant à Adama Yeye, il a exposé sur les principes de base des droits humains, les obligations de l’État, les institutions des droits de l’Homme au niveau national et international. Il a souligné que les droits humains doivent être garantis par tous les États du monde sans distinction.

D’autres exposés ont concerné notamment le travail du BCNUDH ainsi que la lutte contre l’impunité.
Clôturant les travaux du Séminaire, le commandant de la 14e Région militaire s’est exprimé en ces termes: «(…) j’ose croire que le BCNUDH continuera à pourvoir ces genres de séminaire pour permettre aux officiers et sous officiers ainsi qu’aux hommes de troupes de s’imprégner des valeurs-clé qui constituent les droits de l’Homme à savoir préserver la vie de l’Homme, la dignité humaine ainsi que la justice équitable pour tous (…) Vous venez d’acquérir des connaissances nouvelles sur la thématique développée à travers cet Atelier. Il vous appartient de partager lesdites connaissances à vos compagnons d’armes dans vos unités respectives en vue de résoudre de manière extensive le taux de violation des droits de l’Homme imputables aux militaires des FARDC (…) Soyez les vrais ambassadeurs des Droits de l’Homme là où vous travaillez et dans l’exercice de vos fonctions (…)»

À la fin des travaux de l’Atelier, le Commandant à procéder à la remise des brevets aux participants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie

Voir les articles de cette categorie

Articles récents